PUB

Seyni Ndao (Directeur général de l’Office des Forages Ruraux) « 2018, un tournant pour parachever les Délégations de Service Public de l’eau en milieu rural »

L’année 2018 s’inscrit dans une logique de continuité de la mise en œuvre de la réforme de l’hydraulique rurale et de la politique de territorialisation des politiques publiques, de développement solidaire, inclusif et d’équité territoriale prônée par le PSE.

Sous la tutelle du ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement dirigé par M. Amadou Mansour FAYE, l’OFOR entre dans la deuxième année de la phase 3 du volet hydraulique du PUDC, avec la construction et la réhabilitation des 251 autres forages qui viendront s’ajouter au parc national déjà riche de plus de 1600 ouvrages.

Ce, en droite ligne avec la vision de Son Excellence le président Macky SALL qui a vu et mesuré le quotidien pénible des femmes de tous âges, endurant toutes sortes de corvées insupportables.

Sur une période de 10 ans, l’OFOR veillera à remettre en bon état de fonctionnement les infrastructures déjà mises en place et innover le mode de gestion afin de satisfaire la croissance économique et la demande qui ira avec, pendant cette décennie, tout en visant à atteindre les Objectifs de Développement durable pour l’eau (quantité, qualité, équité et accessibilité) qui permettront à notre pays d’amorcer l’émergence et de rattraper d’autres régions en développement.

Pour y parvenir, l’OFOR, bras opérationnel de la vision du Chef de l’Etat Macky SALL pour l’amélioration de l’accès à l’eau potable des populations rurales mise sur la Délégation de service public (DSP).

2018 constituera une année charnière pour le parachèvement de la mise en œuvre du processus de délégation du service public d’eau potable en milieu rural.

A la DSP pionnière (le NDP/GL) vieille, déjà, de deux années, viendront s’ajouter six nouvelles zones :

Thiès-Diourbel ;
Kaolack-Kaffrine ;
Tambacounda ;
Louga ;
Saint-Louis Matam ;
Fatick.
La finalisation du processus de passation des DSP de la Zone sud et de Kédougou permettra de mailler tout le territoire national, certainement en 2019.

Ces DSP ont consisté à confier à des opérateurs privés la charge d’universaliser l’accès à une eau de qualité, en quantité suffisante et servie de façon pérenne à un prix conforme au pouvoir d’achat des usagers du monde rural. Elles ont aussi permis de tourner résolument vers une gestion professionnelle du service de l’eau en milieu rural.

La mise en œuvre de ce nouveau cadre institutionnel requiert un partenariat bien coordonné et mutuellement bénéfique à tous les niveaux. Parce que la réussite de toutes ces innovations dépendra du niveau d’appropriation qu’en feront les acteurs (administration territoriale, services techniques déconcentrés, collectivités locales, opérateurs privés, usagers) et les partenaires (PTF, ONG).

Avec tous, l’OFOR sera en mesure de favoriser l’efficience, l’efficacité et l’atteinte rapide des objectifs universels.

Je tiens à remercier tous les acteurs et partenaires de l’OFOR pour les efforts déjà consentis dans le processus de réforme de l’hydraulique rurale, dont la finalité est de « réaliser un point d’eau potable dans chaque foyer », tout en leur souhaitant une bonne et heureuse année 2018.

Tags

Laisser un commentaire

Close