L’ETAT INTERDIT L’EXPLOITATION DU BOIS EN CASAMANCE Conséquence du massacre de Boffa

L’exploitation du bois et toutes les activités y afférentes ont été interdites dans la région de Casamance jusqu’à nouvel ordre. L’annonce est du ministre de l’environnement et du développement durable, Mame Thierno Dieng, qui en conférence de presse hier, vendredi 19 janvier, a annoncé qu’un arrêté ministériel sera pris dans ce sens dans les prochain jours.

Le drame de Boffa à l’origine de la mort de 14 personnes n’est pas resté sans conséquences. En plus de la forte présence militaire sur le terrain, l’Etat du Sénégal a décidé de suspendre jusqu’à nouvel ordre l’exploitation de bois dans toutes la Casamance. «Nous allons signer sans délai l’arrêté qui démarre la campagne d’exploitation forestière en excluant la région naturelle de la Casamance. Il ne s’agit même pas de dire qu’on interdit ou pas. L’arrêté dit simplement cette région ne fait pas partie des régions où toute forme d’exploitation de la forêt est permise», a déclaré le ministre de l’environnement et du développement durable, Mame Thierno Dieng, en conférence de presse hier, vendredi 19 janvier.

Se voulant plus explicite le ministre de l’environnement précise que «l’interdiction de l’exploitation forestière est limitée seulement aux régions de Ziguinchor, Kolda et Sédhiou ». Et elle concerne, toute activité d’exploitation du charbon de bois, le bois de chauffe, du bois artisanal et du bois de service. Conséquemment à cet interdit, prévient le ministre « toute exploitation forestière dans la région naturelle de la Casamance est une exploitation frauduleuse », ajoute-t-il. Et l’interdiction ne sera levée qu’après le retour de la stabilité dans la région. «Quand les circonstances permettront à ce que l’exploitation se fasse normalement, il est évident que l’on donne aux populations la possibilité de jouir des ressources qui leur est propre. Mais quand les conditions de sécurité ne permettent plus une exploitation, l’Etat a la responsabilité de prendre les garanties qu’il faut pour préserver d’abord la ressource, ensuite et surtout la vie des citoyens », a dit le ministre.

Pour rappel, des jeunes, partis en brousse pour chercher de bois, ont été tués, après avoir été surpris par une bande armée dans la forêt de Boffa, dans les environs de la commune de Boutoupa Camaracounda, dans la région de Ziguinchor. Les auteurs de meurtre sont soupçonnés appartenir à un comité villageois de surveillance des forêts. 22 jeunes appartenant à un comité villageois de surveillance des forêts de Toubacouta (localité située non loin de la zone du drame) ont été arrêtés pour des enquêtes.

Par ailleurs, en dehors de la Casamance, la campagne forestière sera ouverte avec l’arrêté du ministère de l’environnement et du développement durable qui sera pris prochainement. Elle va s’étaler sur 10 mois.

Related Articles

Laisser un commentaire

Close