Trois questions à Me Ibrahima Ndiéguène: « C’est le Bâtonnier qui a demandé à Me El Hadji Diouf de se retirer du procès de Khalifa Sall »

L’Ordre national des avocats du Sénégal brise l’omerta. Selon son secrétaire général, Me Ibrahima Ndiéguène, la décision de sortir Me Diouf du procès de Khalifa Sall et Cie, a été prise par le Bâtonnier. Me Ndieguène a fait cette révélation hier lors d’une conférence de presse qui a eu pour cadre la Maison des avocats.

Par Siaka NDONG 

Quel regard jetez vous sur l’Acte 1 du procès de Khalifa Sall et Cie? 

Le Président du Tribunal avait décidé de surseoir pour délibérer sur les exeptions qui ont été soulevées par les parties. Le délibéré devrait être vidé ce vendredi. Nous souhaitons anticiper parce qu’à l’issue de ce délibéré, il y a plusieurs hypothèses. Les exeptions soulevées aux fins d’annulation de la procédure où aux fins de soulever l’incompétence du Tribunal peuvent si elles prospèrent mettre fin au procès. Dans le cas contraire, le procès va continuer. C’est pourquoi, le Président avait mis en délibéré ces questions-là.

Qu’en est du cas Me El Hadji Diouf?

Nous avons lu que le Tribunal avait décidé d’exclure Me El Hadji Moustapha Diouf du procès. Nous voulons rétablir la vérité par rapport à cette question en rappelant à tout le monde que la question de la constitution d’un avocat dans un dossier quelconque ne relève pas d’un tribunal. S’il y a une contestation sur cette question, c’est l’arbitrage du Bâtonnier qui est sollicité. Pour revenir au cas Me Diouf, j’estime sincèrement qu’il s’était constitué partie civile pour la ville de Dakar de bonne foi.

Malgré ces dispositions, sur quelle base Me El Hadji Diouf a été exclu du procès par le Président du tribunal?

Notre confrère Me El Hadji Moustapha Diouf s’était déjà constitué pour Monsieur Khalifa Sall. Le Bâtonnier saisie de cette question avait estimé qu’il ne pouvait pas, en se référant sur les règles qui gouvernent notre profession, se constituer partie civile dans cette affaire. C’est ainsi qu’il lui a demandé de se retirer et il l’a fait sans poser de problème. Le Bâtonnier s’est basé sur des textes disant clairement que Me El Hadji Moustapha Diouf ne peut pas plaider contre l’État et ses démembrements, pour avoir été ministre et député. Le concerné l’a compris et s’est plié, en avocat discipliné à cette décision.

(INFO: DAKAR HEBDO)

 

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close