Confidences de Khalifa Sall: « Nous avons servi les dakarois, sans jamais nous servir »

Au 11ème jour de son procès pour malversation présumée de deniers publics portant sur 1,8 milliard Cfa, Khalifa Sall est resté constant sur sa ligne de défense. Lors des débats d'audience qui ont marqué la journée d'hier, il a encore fait des révélations.

Khalifa Sall a rappelé hier que lors de ses mandats précédants de député, une grande partie de ses indemnités était distribuée aux indigents. « Quand j’étais député dans la 10ème législative à l’Assemblée nationale, j’avais mis en place une Caisse de solidarité pour répondre aux nombreuses sollicitations », a-t-il dit. A l’en croire, c’est l’ancien Maire socialiste de Dakar Mamadou Diop communément appelé Diop Le Maire qui l’avait un jour conseillé dans ce sens. « Dans mes indemnités actuelles de Maire, il y a une partie pour aider les populations », a notamment souligné Khalifa Sall. Soumis au feu roulant de l’avocate Ndèye Fatou Touré, il par ailleurs déclaré que le volet social couvre pour 2/3 les dépenses de la ville de Dakar. Sur une question relativement à la gestion de la Caisse d’avance de la Mairie, le prevenu a préféré servir une anecdote au Tribunal. « Une autorité religieuse m’a dit qu’il fallait être vertueux dans la gestion des fonds politiques. C’était en 2009 », a-t-il dit.

Poursuivant ses explications, Khalifa Sall s’est présenté à la barre sous les traits d’un responsable politique honnête et loin de certaines considérations bassement matérielles. « Nous avons servi les dakarois, sans jamais nous servir », a-t-il lancé. Et Khalifa Sall de poursuivre en ajoutant: « Je suis quelqu’un qui ne s’est jamais intéressé aux biens matériels, à l’argent… ». Pour témoigner de sa bonne foi, il a révélé au Tribunal qu’il ne dispose que de trois comptes logés dans trois banques de la place. « Pour chaque bien que je possède, je suis prêt à vous dire comment je l’ai obtenu », a dit le Maire de la ville de Dakar. Répondant à une autre question lié à son statut de député, il a souligné que depuis l’ouverture de cette presente législature, ses droits de parlementaire sont constamment bafoués par l’Assemblée nationale. « Je n’ai jamais reçu de convocation par l’Assemblée nationale pour des séances plénières. Je ne reçois aucun courrier ni document », a-t-il déclaré. Et Khalifa Ababacar Sall de conclure en ces termes: « Sauf, que j’ai fait une procuration à Cheikh Bamba Dièye pour régler les diligences adminitratives me concernant ».

(UNFO: DAKAR HEBDO

 

 

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close