Procès de la Caisse d’avance: La défense plaide l’acquittement de Khalifa Sall

Les avocats du député-maire de Dakar vont poursuivre leurs plaidoiries aujourd'hui. Depuis lundi, ils essaient de convaincre le Tribunal de relaxer Khalifa Sall et Cie. Ce procès dit de la Caisse d'avance entre ce matin dans sa 20ème journée. Khalifa Sall qui risque 7 ans derrière les barreaux a toujours clamer.

Au 19 ème  jour du procès de Khalifa Sall et Cie qui a tiré en longueur,  les avocats de la défense ont jeté toutes leurs forces dans la bataille pour tirer leurs clients d’affaire. Me Khassimou Touré a même taquiné  l’Agent judiciaire de l’État en le qualifiant « d’Agent suicidaire de l’Etat ». Il a eu aussi des mots aimables à l’encontre de Khalifa Sall. « Nous ne vous lâcherons jamais. Cette situation va passer », a-t-il déclaré. A l’endroit de son frère Mbaye Touré, le Directeur administratif et financier  (DAF) de la Mairie, il dira pour le remonter le moral: « Le frère ainé est partie en votre absence. Notre père a eu 223 homonymes. Nous sommes une grande famille. Et aujourd’hui nous sommes avec toi. Notre famille ne va jamais vous laissez tomber. Nous sommes toujours derrière toi ».

Entrant dans le vif du sujet, Me Khassimou Touré, a poursuivi sa plaidoirie en déclarant à qui voulait l’entendre que Mbaye Touré n’est pas un délinquant. Dans la foulée, il a même révélé que l’actuel Khalife Général des Mourides est allé jusqu’à Rebeuss lui rendre visite. Dans ses effets de manche, il a également soutenu que l’IGE a agi dans cette affaire sous les ordres du Président Macky Sall qui est candidat à sa propre succession à la présidentielle de 2019. C’est la raison pour laquelle, il estime que ce marathon judiciaire n’est rien d’autre qu’un procès politique. « Entre le réquisitoire introductif du procureur et l’ordonnance de renvoi du doyen des juges, c’est du copié-collé », a-t-il ajouté.

Il s’en est également pris dans sa longue plaidoirie à l’Assemblée nationale. Selon Me Khassimou Touré, la représentation nationale a foulée au pied les dispositions relatives à la levée de l’immunité parlementaire du député Khalifa Sall.

Auparavant, c’est un Me Mbaye Sène incisif qui a passé en revue les faits d’arme du Député-Maire de Dakar pour étayer son argumentaire sur la thèse du complot politique. A l’en croire, ce procès ne devrait même pas avoir lieu, puisque le procès-verbal de la police est frappé de nullité. Me Demba Ciré Bathily qui l’a précédé au prétoire avait déjà abondé dans le même sens. « Comment une personne peut commettre un délit de détournement de deniers publics et être poursuivi en même temps des faits d’escroquerie », s’est-il interrogé.

Quand à Me Seydou Diagne, il a tout simplement démoli le réquisitoire du maître des poursuites. « Le procureur s’acharne sur Khalifa Sall alors qu’il a des dossiers brûlants sur sa table », a-t-il martelé. Et Me Diagne de poursuivre en ces termes: »je suis resté des heures à écouter le réquisitoire du procureur. Mais il n’a  été prouvé en ce qui concerne  Khalifa Sall sur les faits qui lui sont reprochés. C’était à lui de donner les preuves de sa culpabilité ».

S’engouffrant dans cette brèche, Me Ndèye Fatou Touré n’y est pas allée par quatre chemins pour demander au juge Malick Lamotte de renvoyer le Maire de Dakar et ses principaux collaborateurs des fins de la poursuite.

Quant à Me François Sarr, après avoir expliqué le bien fondé des plaidoiries des avocats de la défense, a interpellé le juge Lamotte en ces termes: « Je vous confie mon ami Khalifa Sall. C’est un homme honnête ».

Avant lui, Me Ciré Cledor Ly qu’il sort d’une période de convalescence est monté au créneau pour réitérer sa requête relativement au cautionnement avec des droits réels. 

(INFO: DAKAR HEBDO)

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close