Baïla Wane à coeur ouvert: « J’ai été emprisonné injustement.. »

L'ancien Directeur général de la Lonase brise l'omerta. Il annonce la publication prochaine d'un livre retraçant ses relations avec Me Abdoulaye Wade et l'actuel Président de la République qu'il considère comme son ami. Dans cet entretien à bâtons rompus, Baïla Wane épluche les faits saillants de l'actualité politique.Pour avoir été emprisonné "injustement" sous Wade, il demande à l'État de le dédommager. Dans la foulée, il a déclaré qu'il compte servir une sommmation interpellative dans l'affaire l'opposant à Thierno Alassane Sall en lieu et place d'une citation directe. ENTRETIEN... / Propos recueillis par Siaka NDONG

Où est ce que vous vous en êtes avec la citation directe que vous comptez servir à Thierno Alassane Sall?

Cette plainte je l’a maintien. Cependant, il y a des préalables. En optant pour la citation directe, je me suis rendu compte que j’allais faire beaucoup de mal à certains de mes amis notamment dans la presse. Ces derniers risquaient de subir de pleins fouets les dégâts collatéraux de cette procédure. Ce n’est pas le but visé. C’est la raison pour laquelle, j’ai changé de fusil d’épaule en servant à Thierno Alassane Sall une sommmation interpellative. 

Pouvez-revenir sur cette affaire pour éclairer la lanterne des populations? 

L’ancien ministre de l’énergie se disant Président de la République des valeurs a émis des accusations non fondées à mon égard. Il a  déclaré alors qu’il était en tournée politique à Saint-Louis, que j’ai obtenu un non-lieu dans la procédure qui avait été déclenché contre moi par la Lonase sous Wade, parce que je suis dans le camp du Président Macky Sall. C’est faux et archi-faux, pour la simple et bonne raison que j’ai été totalement blanchi par la justice dans ces affaires auxquelles il fait allusion. Mon premier non-lieu, je l’ai obtenu le 10 novembre 2014 bien avant la création du Cercle des amis de Macky Sall qui date de décembre 2015. En voulant m’atteindre, il s’est fourvoyé. 

Il se chuchote dans certaines chaumières de la place que Baïla Wane est en train de préparer un livre. Vous confirmez cette information? 


Oui, c’est vrai. Le titre de ce livre qui sera bientôt dans les Kiosques est intitulé : « Wade, Macky et Moi ». J’ai eu quand-même a les fréquenter tous les deux. Le premier est notre mentor, le second est un ami. On a eu à connaître énormément de choses dans cette proximité. Au moment venu les gens vont découvrir ce livre qui est actuellement en gestation. 

Le Cercle des amis de Macky Sall multiple les actions depuis sa création. Comment comptez-vous assurer un second mandat au Président de la République? 

Nous avons rencontrer le Président Macky Sall en octobre dernier. On veut mettre en oeuvre le plan d’action que nous avons concocté. Et comptons sillonner le pays pour faire inscrire sur les listes électorales les personnes qui sont susceptibles de réélire le Président Macky Sall pour un second mandat en 2019. Son bilan qui est adocé sur le PSE le permet et nous pensons qu’il a le meilleur profil pour sortir victorieux de ces joutes électorales. Pour la réélection du Président Macky Sall, nous sommes ouvert à toutes les forces politiques y compris le PDS. 

Malgré cet appel du pied, l’opposition notamment Idrissa Seck et les autres sont en ordre de bataille pour essayer de déboulonner le Président Macky Sall. Comment pouvez-vous expliquer ce bouillonnement soudain?

Je mets tout ça sur une proximité de destin entre le Président Macky Sall et tous ceux qui veulent devenir Président. La majorité, nous avons fréquenté l’école libérale du Président Abdoulaye Wade. Ces gens de l’opposition s’activent plus pour un mandat présidentiel que de régler les problèmes auxquels sont confrontés certains de nos concitoyens. A ce jour, personne n’a encore présenté un programme meilleur que celui du PSE.

Que pensez vous de la récente sortie du ministre de l’intérieur?


On ne pas reprocher à Aly Ngouille Ndiaye de dire que le camp politique dans lequel il se trouve  va gagner la prochaine présidentielle. Et puis, au Sénégal, la modernisation de notre système électoral ne permet plus de voler des élections. Ce n’est plus possible. 

Comment analysez vous la situation politique dans votre fief à Saint-Louis notamment dans le camp présidentiel?

Je prône l’union sacrée. Les prochaines joutes électorales, ce sont des élections présidentielles; celles de Macky Sall. Nous devons unir nos efforts pour lui assurer une brillante réélection. Dans cette perspective, j’invite solennellement Ameth Fall Braya du PDS à venir soutenir la candidature du Président Macky Sall .Idem pour le secrétaire général national du PDS. Je l’exhorte à venir soutenir Macky Sall en perspective de la présidentielle de 2019 au nom de recomposition de la grande famille libérale dont il est le patriarche. Je ne veux pas que Karim Wade soit un écueil pour les retrouvailles. Je rêve d’une grande coalition autour de Macky Sall  regroupant Benno et le PDS avec un programme en commun. Je rêve également du retour de Jean-Paul Dias à Benno Bokk Yaakaar (BBY). Je souffre de le voir éloigner de la coalition au pouvoir. C’est valable également pour le Président Pape Diop, Modou Diagne Dada, même Idrissa Seck à moins qu’il veut être le Chef de l’opposition après la réélection de Macky Sall en 2019. En tout cas, nous appelons à ces retrouvailles pour l’intérêt du Sénégal. 

Êtes vous pour le couplage de la présidentielle aux locales de 2019?

Je ne penses pas qu’on puisse coupler ces deux élections. Les juristes vont bientôt épiloguer sur la question. Moi, à mon niveau, je dirai tout simplement que ce n’est pas possible.

Un mot sur le proces de Khalifa Sall?

L’affaire est en délibéré. Il faut qu’on attende tous. Je ne lui souhaite pas une condamnation. Je prie le bon Dieu pour qu’il puisse sortir et rentrer chez lui si le tribunal juge qu’il n a rien fait. Moi même, j‘ai été emprisonné injustement. J’attends d’ailleurs que l’État du Sénégal  me dédommage

Êtes vous pour la suppression des fonds politiques du Président de la République?

Pourquoi les supprimer? Je suis même pour que ces fonds soient augmentés substantiellement pour permettre au Président de la République de garder toutes ses prérogatifs constitutionnels.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close