Procès de l’Imam Ndao et Cie: Les aveux troublants du « Djihadistes » Mamadou Ndiaye dit Abou Yusuf 

Le procès de l'Imam Alioune Badara Ndao et une trentaine de ses co-accusés est entré hier dans sa phase active. Après le délibéré sur les exceptions, le sieur Mamadou Ndiaye a été le premier à être entendu dans le fond. Le bonhomme se disant pêcheur de profession, était poursuivi pour les faits d'actes de terrorisme, menaces  terroristes, financement du terrorisme et blanchiment de capitaux.

A la barre de la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Dakar  (Tgi), l’accusé a nié les faits qui lui sont reprochés. Il a toutefois précisé que c’était pour approfondir sa foi musulmane qu’il avait quitté le Sénégal dans l’optique de se rendre en Syrie via la Mauritanie. Mais une fois dans la capitale mauritanienne, il a soutenu avoir finalement pris la résolution de rallier le Nigéria.

Bousculé de questions, le présumé « Djihadiste » a révélé que le voyage au Nigéria a été entièrement financé par un certain Ibrahima Bâ. A l’en croire, ce dernier qu’il a connu dans ce pays voisin lui avait remis comme frais de voyage la somme de 150.000 CFA.

Dans sa longue déposition, il est revenu sur ses différentes  pérégrinations au Nigéria notamment dans deux villes sous contrôle de Boko Haram. Selon Mamadou Ndiaye qui a pris entre temps le nom de guerre d’Abou Yusuf, il a eu à rencontrer le Chef de cette organisation « terroriste », Aboubakar Shekau, sans autres précisions.

Lors de son interrogatoire, il également fait un aveu de taille en déclarant que c’est au Nigéria qu’il a appris le maniement d’armes de guerre de même que la conduite de chars de combat.

Après un certain temps passé auprès des combattants de Boko Haram, il a déclaré avoir  décidé librement de rentrer au bercail. Dans la foulée, il a en outre reconnu qu’il était en contact avec l’Imam Ndao et un autre comptriote vivant en Lybie répondant au nom de Moustapha Diop.

Mais comme toute chose à une fin, c’est sur le chemin du retour qu’il a été capturé en Mauritanie. C’était lui et plusieurs de ses compères dont le fameux mineur de la bande Mamadou Seck et les sieurs Lamine Coulibaly et Alpha Diallo.

Tout ce beau monde était dans le viseur des autorités judiciaires sénégalaises dans le cadre de la traque aux « barbus ».

Le procès qui n’a pas encore livré tous ses secrets, se poursuit toujours à la salle 4 du Palais de justice Lat Dior de Dakar. D’autres accusés seront entendus aujourd’hui et les jours suivants. Affaire à suivre…

Par Siaka NDONG

Related Articles

Laisser un commentaire

Close