Procès Imam Ndao: Saliou Ndiaye revait de combattre aux côtés des Talibans en Afghanistan (Par Siaka NDONG)

Le sieur Saliou Ndiaye a été attrait ce jeudi à la barre de la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Dakar  (Tgi). Il était poursuivi entre autres pour les faits d'actes de terrorisme et de blanchiment de capitaux.

L’accusé a nié les faits qui lui sont reprochés. Il a cependant déclaré à l’interrogoire d’audience avoir tenté à deux reprises d’aller en Afghanistan et en Syrie pour soutenir les « Djihadistes » de ces pays. Mais à chaque fois, il en a été dissuadé par son maitre l’Imam Alioune Badara Ndao.

Bousculé de questions, l’accusé n’y est pas allé de main morte pour assumer ses relations avec l’Imam Ndao. A l’en croire, les prêches de ce dernier ont beaucoup fortifié sa foi musulmane. C’est la raison pour laquelle, il voulait aller dans un pays où la Charia est appliquée à la lettre. Sans ambages, il a indiqué qu’il était prêt à mourir en martyr pour la cause de l’Islam. Il a également souligné qu’il était un fan de Ossama Ben Laden le défunt patron de l’organisation terroriste dénommée Al Qayda. Il a aussi reconnu lors de son interrogatoire à bâtons rompus qu’il était en contact permanent avec des individus via les reseaux sociaux. Il a cité entre autres le nom d’un franco-sénégalais, un certain Omar Diaby. Selon lui, c’est ce dernier qui devrait financer ces différents projets de voyage. Mais entre temps, dira-t-il à la barre, il a été capturé par la police.

L’accusé qui est polygame et père de trois enfants a été constant dans ses propos tout au long de son audition. Le souhait du sieur Saliou Ndiaye est de vivre aussi longtemps que possible pour voir un jour la Charia être appliquée dans notre pays. Il l’a dit sans tergiverser en réponse à une question posé par le maître des poursuites Aly Ciré Ndiaye.

Surpris, le représentant du ministère public est revenu à la charge en lui demandant que deviendrez alors la minorité non musulmane. L’accusé a répondu que leur sécurité sera garantie.Toutefois, il a indiqué que ceux qui ne seront pas soumis au rigueur de la loi musulmane vont payer des impôts spéciaux qui leurs seront dédiés. In fine, le seul regret du « fils spirituel » de l’Imam Ndao est de n’avoir pas réussi à matérialiser son projet « djihadiste » notamment en allant combattre aux côtés des Talibans en Afghanistan. Il a en outre assumer publiquement son appartenance à la confrérie « des gens la Sunnah » dont les dirigeants ne sont personnes d’autres que l’imam Alioune Ndao, Docteur Ahmed Lo et un certain Cheikh Assane Ka. C’est d’ailleurs dans les activités de ladite confrérie qu’il a connu plusieurs de ses co-accusés dont le nommé Abdou Aquim Bao qui a eu à combattre dans les rangs d’Aqmi pour déstabiliser le Mali. 

Related Articles

Laisser un commentaire

Close