Education: «ultime appel» du gouvernement aux enseignants grévistes

Le gouvernement sénégalais, dans un communiqué signé de son porte parole, Seydou Guèye, a lancé aux enseignants en grève un « ultime appel » à cesser leur mouvement d’humeur et à rejoindre les salles de classe, avertissant qu’en cas de persistance de la situation il prendra « toutes (les) mesures de sauvegarde nécessaires » à la continuité du service public de l’Education.

« Au total, le Gouvernement voudrait lancer un ultime appel aux enseignants pour une reprise immédiate des cours car le mouvement social risque de mettre en péril, non pas seulement l’année scolaire, mais aussi l’avenir des élèves et du système éducatif de notre pays, nonobstant les immenses efforts déjà réalisés par l’Etat », a affirmé M. Guèye, dans un communiqué dont a obtenu copie mercredi. .

« Le Gouvernement voudrait aussi rappeler à l’opinion et aux enseignants, sa responsabilité d’assurer le Droit à l’éducation à tous les enfants de notre pays. Aussi, prendra-t-il toutes mesures de sauvegarde nécessaires à la continuité du service public de l’Education », a-t-il poursuivi, avant de souligner que « le Gouvernement a déjà pris toutes les dispositions utiles pour un réaménagement du calendrier scolaire et en appelle au sursaut de tous, pour une reprise effective des enseignements dans tous les établissements publics ».

Samedi dernier, le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, avait donné des gages pour la reprise quasi normale des cours après avoir annoncé que 4 des 6 organisations syndicales du G6 (l’intersyndicale la plus représentative de l’éducation moyen-élémentaire-secondaire du Sénégal) lui ont donné l’assurance de surseoir à leur mouvement de grève.

Cette nouvelle a cependant créé une controverse au sein de cette intersyndicale. Certains enseignants, issus par exemple du Syndicat des enseignants libres du Sénégal (SELS) et du Syndicat national des enseignants en langue arabe du Sénégal (SNELAS/FC) ont confirmé les révélations du ministre là où d’autres ont décidé de persister dans leur mouvement d’humeur.

Une marche « autorisée » est organisée par le G6 ce mercredi même à Diourbel (centre) pour exiger le respect des accords signés en 2014 avec l’Etat, dont le principal point est la revalorisation de l’indemnité de logement.

Pour, le gouvernement, rappelant les « différentes initiatives qu’il a eu à entreprendre » pour assurer la reprise normale des enseignements sur l’ensemble du territoire national, cite  l’augmentation de l’indemnité de logement de 60.000 FCFA à 85.000 FCFA par mois, l’extinction progressive des corps émergents par le reclassement et la mise en solde des enseignants contractuels.

Il mentionne également l’institutionnalisation de la Journée mondiale de l’Enseignant dans le calendrier républicain et du Grand Prix du Chef de l’Etat pour l’Enseignant.

Related Articles

Laisser un commentaire

Close