Procès Imam Ndao: Le réquisitoire du procureur aura lieu lundi

Le procès de l’Iman Alioune Badara Ndao et de ses co-accusés va atteindre sa vitesse de croisière à partir de lundi prochain avec le réquisitoire de feu du procureur de la République. Avant cette phase décisive, plusieurs témoins ont été entendu ce mardi dans le cadre de cette affaire où les accusés sont poursuivis entre autres pour les faits de terrorisme, de blanchiment de capitaux et d’association de malfaiteurs.

Comme annoncé par Dakarhebdo.com le nommé Massamba Diop a été finalement attrait ce mardi à la barre de la Chambre criminelle du tribunal de grande instance de Dakar. Il comparaissait devant cette juridiction de jugement à titre de simple témoin. Cet homme âgé de 70 ans, n’est personne d’autre que le père du jeune djihadiste du nom de Moustapha Diop alias Abou Khatim. Ce dernier serait tombé au front en Libye. C’est en tout cas, ce qu’a déclaré son père, se fiant à plusieurs sources concordantes. A la barre, le septuagénaire a indiqué qu’il savait tout, des activités de son rejeton au pays de Kadhafi. A l’en croire, lors de leurs échanges téléphoniques, ce dernier lui faisait part de son souhait de mourir en martyr en Libye afin de rejoindre le rangs des Saabas du Prophètes Mouhamed (PSL). Bousculé de questions, il a révélé que son fils était un djihadiste pur et dur qui voulait finir ses jours en martyr.  C’est pourquoi lors de son audition qui visait à éclairer la lanterne du tribunal, le vieux  Massamba Diop a déclaré à qui voulait l’entendre qu’il était en phase avec son fils. Soumis au feu roulant du tribunal, le témoin a en outre souligné qu’interdire Moustapha à aller faire le djihad serait synonyme de lui interdire d’aller à la mosquée. Très prolixe, il a également déclaré qu’il a une fois intercepté une conversation entre ses fils Moustapha et Alioune resté au pays. Selon lui, le sujet de cette discussion était axé sur le djihâd. A l’en croire, Moustapha voulait qu’il se rende en Libye mais son jeune frère Alioune s’y était opposé. Selon toujours le témoignage du vieux Massamba Diop, son fils Moustapha a pris acte. C’est sur ces entrefaites, dira-t-il, que Moustapha a alors invité son jeune frère à venir le rejoindre pour combattre à ses côtés pour la cause de l’Islam. Mais selon le vieux, ce dernier a refusé prétextant qu’il voulait d’abord terminer ses études.  Ces aveux circonstanciés, lui ont valu quelques déboires. Le président du tribunal a immédiatement ordonné qu’il soit conduit aux bancs des accusés étant donné qu’il en savait un peu trop sur les activités de son fils en Libye. Mais il a été par la suite relâché, un peu plus tard. Ce 17ème jours de ce  procès a été aussi marqué, par le témoignage du frère du djihadiste Moustapha Diop mort en Libye mais également par celui  d’un autre témoin répondant au nom de Modou Diop Selon ce dernier qui est âgé de 65 ans, son fils serait lui aussi parti en Libye dans les conditions similaires à celle d’Abou Khatim. A l’en croire,  depuis plus de deux ans, il est porté disparu. Auparavant, le tribunal avait procédé à plusieurs auditions de confrontations entre accusés. C’était toujours dans le but de  tenter de bien cerner les agissements des uns et des autres dans le cadre de cette affaire qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Au terme de toutes ces auditions tous azimuts, l’audience a été suspendue jusqu’à lundi prochain. C’est le jour où le représentant du ministère public, le procureur Aly Ciré Ndiaye, fera son réquisitoire de feu.

 Siaka NDONG 

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close