Dieupeul: La police démantèle un redoutable gang de malfaiteurs

Les hommes du Commissaire Sène ont réussi un joli coup de filet. Ils ont mis récemment hors d'état de nuire une bande de dangereux malfaiteurs. Ces bandits avaient l'habitude de fréquenter un célèbre fast-food sis à l'Avenue Bourguiba.

Les quidams étaient activement recherchés pour avoir commis plusieurs forfaits notamment à Ouakam, à Keur Massar et à Dieupeul. Contre toute attente, c’est au niveau d’un check-point de la Brigade de recherches du Commissariat de Dieupeul plus précisément à hauteur du rond point de Liberté 6 qu’ils ont été interpellés. C’était lors d’une patrouille de ces redoutables éléments de la police locale en mission de sécurisation des personnes et des biens dans leur secteur d’intervention. Les caïds au nombre de cinq étaient à bord d’un taxi urbain. Le chauffeur qui ne disposait pas de permis de conduire a été sommé de descendre du véhicule. C’est le moment choisi par deux d’entre eux pour prendre la clé des champs abandonnant sur place le reste de leurs camarades d’infortune entre les mains des limiers. Dans la foulée, le taxi suspect a été fouillé de fond en comble. Au cours de cette opération, les policiers ont découvert dans la voiture incriminée un pistolet automatique avec un chargeur non garni, une machette et deux lances-pierres. Les mis en cause ont été aussitôt jetés dans le panier à salade puis conduit manu-militari au poste de police. Entendus sur procès-verbal, ils ont tous reconnus sans ambages les faits qui leurs sont reprochés. Au vu des indices graves et concordants de nature à motiver leur inculpation, ils ont été écroué au niveau de la chambre de sûreté du poste de police avant d’être déféré au parquet du procureur. Après leur face-à-face avec le maître des poursuites, Ils ont été par la suite inculqués pour les faits d’association de malfaiteurs et de vols multiples à mains armées avec effraction commis en réunion pendant la nuit avec usage de moyen de locomotion. Depuis lors, ces bandits de grands chemins croupissent à la Citadelle du silence en attendant leur comparution prochaine devant la barre du tribunal des flagrants delits de Dakar où deux de leurs victimes se sont déjà constituées partie civile dans cette affaire. 

[SIaka NDONG]

Related Articles

Laisser un commentaire

Close