Cour d’Appel de Dakar: le Procureur Général favorable à la libération de Khalifa Sall (Par Siaka Ndong)

Le procès de Khalifa Ababacar Sall et Cie a pris une tournure inattendue hier à la salle 4 du Palais de justice Lat Dior. Le Procureur Général près de la Cour d'Appel de Dakar a contre toute attente demandé au juge Demba Kandji de se conformer aux décisions prises par la Cour de justice de la CEDEAO.

 « Dans un monde où nous avons accepté de vivre dans des communautés et avons signé des traités, si nous ne respectons pas ces traités signés nous allons inéluctablement vers un chaos communautaire », a dit Lansana Diaby. Pour le Procureur Général, il ne fait l’ombre d’autre doute que les droits du Député-Maire de Dakar ont été violés dans cette procédure notamment dans la période comprise entre le 14 août 2017, date de son élection comme député et le 25 novembre 2017, date de la levée de son immunité parlementaire. Il a étayé ses propos en évoquant la jurisprudence Mamadou Tandia, du nom l’ancien Président du Niger qui avait été emprisonné avant d’être libéré pour détention arbitraire par la Cour d’Appel de Niamey grâce à un arrêt de la Cour de justice de la CEDEAO. Le Procureur Général a en outre invité le juge Demba Kandji à prendre ses responsabilités en constatant qu’aucun avocat n’avait assisté le Député-Maire de Dakar dès les premiers instants de son interpellation par la police. « Nos juridictions n’ont pas respecté ce réglement numéro 5 de l’Uemoa qui exige la présence d’un avocat auprès de son client dès l’interpellation. Il faut respecter cette décision communautaire », a-t-il souligné. Auparavant, les avocats de l’Etat unis comme un seul homme ont déclaré à qui voulait l’entendre que la CEDEAO n’a rien à voir dans ce procès. C’est pourquoi, ils ont demandé à la Cour de débouter la défense qui campe depuis trois jours sur sa position visant la libération d’office de Khalifa Sall. Après avoir écouté toutes les parties, le juge Demba Kandji a suspendue l’audience jusqu’au 18 juillet prochain. Ce délai d’une semaine accorder à la défense devrait être mis en profit pour trancher définitivement sur la requête relativement à la mise en liberté déposée par le maire de Dakar mais aussi pour que la défense récupère au plus vite l’arrêt intégral de la Cour de justice de la Cédéao. 

 

Related Articles

Laisser un commentaire

Close