Marche du 13 juillet: l’opposition met en garde le pouvoir contre un hold-up électoral (Par Siaka Ndong)

L'opposition était dans la rue cet après-midi du vendredi 13 juillet. Cette marche Pacifique a pris son envol à la Place de la nation pour se terminer devant les grilles de la RTS. La manifestation a été autorisé par le Préfet de Dakar.

A l’appel du Front de résistance nationale, les manifestants ont battu le macadam pour exiger la libération du député-Maire de Dakar et la réintégration du candidat du PDS à la présidentielle de 2019, sur les listes électorales, entre autres. Les principaux leaders de l’opposition appuyés par des activistes de la société civile ont pris part à cette marche. Les forces de l’ordre déployées massivement sur les lieux dont certains étaient encagoulées, veillaient au grin pour parrer à toutes éventualité. La manif a pris fin à 18 heures comme prévue par l’arrêté préfectoral.

Auparavant, plusieurs leaders politiques avaient pris la parole en marge de ce rassemblement pour exprimer leur ras-le-bol. Selon l’honorable député Moustapha Guirassy, le Président Macky Sall prépare un hold-up électoral au soir des élections présidentielles du 29 février 2019. Très en verve, il a lancé un vibrant appel aux forces vives de la nation. Il leur demande de s’opposer à cette forfaiture. Il a en outre mis en garde le Président Macky Sall contre toute velléité de vouloir mettre hors de courses plusieurs candidats déclarés à la prochaine élection présidentielle. A sa suite, Serigne Assane Mbacké, Mansour Sy Djamil, Pape Diop… ont abondé dans le même sens. Ils exigent eux aussi des élections libres et transparentes. Unis comme un seul homme, ils ont prédit la chute du régime « dictatorial » du Président Macky Sall. La manifestation qui a connu un franc succès, s’est déroulée sans heurt.

Nous y reviendrons.

Related Articles

Laisser un commentaire

Close