Procès en appel de Khalifa Sall: Le juge Demba Kandji « déchire » l’arrêt de la CEDEAO (Par Siaka Ndong)

Après une suspension d'une semaine, le procès en appel de Khalifa Ababacar Sall a repris hier à la salle 4 du Palais de justice de Dakar. Comme il fallait s'y attendre, le député-maire de Dakar reste en prison.

Le juge Demba Kandji a purement et simplement rejeté toutes les exceptions qui avaient été soulevées par les avocats de la défense. « La Cour de justice de la Cedeao n’est pas une Cour suprême fédérale au-dessus des juridictions nationales et ses décisions n’ont pas d’mpacts sur les décisions des tribunaux des Etats membres. Je ne veux plus entendre parler de l’arrêt de la Cedeao », a-t-il martelé. La défense outrée par cette décision a décidé de se pourvoir en cassation. «Le juge a statué sur une question de détention en refusant la libération de Khalifa Sall. Cela donne compétence immédiatement à la Cour suprême. Nous envisageons de déposer un pourvoi en cassation», a déclaré Me Ciré Cledor Ly. L’avocat de Khalifa Sall qui ne lâche pas prise s’en est pris  vertement à la présence des avocats de l’État dans ce procès. « La constitution de partie civile de l’État du Sénégal est illégale,  car n’ayant pas subi de préjudice », a-t-il fustigé. Abondant dans le même sens, son confrère Me Ousseynou Fall de la défense a poussé le bouchon un peu plus loin. Sans détour, il suspecte les magistrats de la Cour d’être à la solde de l’Exécutif. « Je ne suis pas un corrompu. Je n’ai pas de plan de carrière. J’ai été dans la magistrature avant de démissionner de mon propre gré et choisi le métier d’avocat. Mais dans cette magistrature, il y a des brebis galeuses. C’est dommage. Pour des soucis de carrière et d’avancement, nous arrivons à piétiner les droits fondamentaux d’un semblable, d’un musulman comme nous. Je vous parle en vous regardent dans les yeux. On se connaît. Et fort heureusement, personne n’a rien à me reprocher », a-t-il dit. Le juge Demba Kandji est sorti de ses gongs pour recadrer Me Ousseynou Fall. Dans ses effets de manches, ce dernier a poursuivi de plus belle en  indiquant que le procès de Khalifa Sall et Cie n’est rien d’autre qu’une parodie de justice. Saisissant la balle au rebond, Me Amadou Sall estime que le  maintient du député-maire de Dakar en prison, est dû à une main invisible. Auparavant, ce procès a été émaillé par plusieurs incidents d’audiences. Les partisans de Khalifa Sall ont encore copieusement hué le Juge Demba Kandji au moment où ce dernier déliberait sur les requêtes de la défense.  Le président de la Cour d’Appel qui ne pouvait plus supporter ces railleries, a tout simplement évacué la salle. L’audience qui a duré pludieurs tours d’horloge, a été suspendue pour être reprise ce matin. 

Related Articles

Laisser un commentaire

Close