Sénégal : Nelson Mandela offert en exemple à la jeunesse africaine

Lenin Shope, ambassadeur de l’Afrique du Sud au Sénégal, a exhorté, mercredi à Dakar, la jeunesse africaine à puiser davantage dans l’héritage de Nelson Mandela pour relever les défis actuels et futurs de l’Afrique qui souffre de multiples maux.

Le legs de Nelson Mandela doit « inspirer la prochaine génération de leaders africains pour favoriser le développement du continent car les idéaux et principes de Madiba sont fondateurs », a affirmé Lenin Shope.

Le diplomate sud-africain participait à une conférence ayant pour thème « héritage de Nelson Mandela, jeunesse africaine et perspectives », organisée dans le cadre de la journée internationale Nelson Mandela qui coïncidé cette année avec la célébration du centenaire de sa naissance.

A en croire M. Shope, la nation arc-en-ciel « n’oubliera jamais le Sénégal qui a mené une campagne inlassable contre l’odieux système de l’apartheid » avec l’émancipation des Noirs comme ligne de mire. A ce titre, il a tenu à rappeler que la Conférence de Dakar de 1987 est une « étape importante de l’histoire de l’Afrique du Sud car elle marque véritablement le démarrage des négociations entre Noirs et Blancs ».

Dans un élan de générosité sous-tendu par un désir de sauvegarde de la mémoire, l’ambassadeur de l’Afrique du Sud au Sénégal a remis au département d’anglais de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) quelques livres de sa bibliothèque personnelle et écrits par d’anciens détenus sud-africains durant le régime ségrégationniste.

Lamine Sarr, directeur de cabinet du ministre de la Culture a fait noter que « s’il y a un pays bien placé pour célébrer fièrement Madiba, c’est le Sénégal » dont le « soutien multidimensionnel dans le combat épique contre l’apartheid, s’est matérialisé par des gestes forts portés par les politiques, les culturels, la société civile, les intellectuels et les étudiants ». Pour lui, « au-delà des idéaux, l’héritage de Mandela pousse chacun à s’engager au service de son peuple avec l’idée selon laquelle chaque individu a le pouvoir de transformer le monde et la possibilité d’impacter de façon positive et durable le cours de son évolution ».

C’est la raison pour laquelle Mamadou Badji, représentant du Recteur de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, a invité les étudiants, les élèves et la jeunesse sénégalaise dans son ensemble « à magnifier l’exemple de Mandela afin que l’Afrique puisse offrir le meilleur d’elle-même à l’humanité ».

De son côté, le conférencier Aliou Sow, universitaire et ancien ministre a considéré Nelson Mandela comme un « grand planteur de bonnes pratiques » ayant pour nom « le respect de la parole donnée, l’esprit d’équipe, la promotion de l’égalité des chances ». Au final, il a soutenu que pour Mandela, la « notion de race est inexistante », lui préférant tout simplement « l’amour de l’Humain ».

Related Articles

Laisser un commentaire

Close