Procès en appel de khalifa Sall: les graves révélations de la défense (Par S. Ndong)

Le procès en appel de Khalifa Ababacar Sall se poursuit toujours au niveau de la salle 4 du Palais de justice de Dakar. La journée d'hier à été marquée par la bataille judiciaire qui opposent, avocats de la défense à ceux de l'État du Sénégal. Et ce, depuis la reprise de ce procès.

Ce bras de fer tourne essentiellement autour de la recevabilité de la constitution de l’État du Sénégal dans ce dossier. Pour les avocats du Maire de Dakar, leurs confrères de la partie adverse n’ont rien à faire dans ce procès. C’est la raison pour laquelle, Me Amadou Sall a demandé à la Cour de les débouter. A l’en croire, il y a une collusion entre le Président de la République et les avocats de l’Etat. « Macky Sall a tenu une réunion avec l’Agent judiciaire et les avocats de l’État pour parler du procès. Cela personne ne peut le contester », a-t-il revelé. Très en verve, Me Amadou Sall  a même souligné que c’est ce qui justifie d’ailleurs, la présence de l’Etat dans ce procès. « Ce procès existe parce qu’il y a la main de l’Exécutif  derrière. Monsieur l’avocat général, vous souffrez que je le dise mais, je vais le répéter tant que ce procès est en cours. Puisque c’est cela le nœud gordien de ce procès », a-t-il insisté. Enfonçant le clou, Me Abou Dialy Kane a  abondé dans le même sens. Selon lui, le préjudice moral dont l’Etat se prévaudrait, n’est rien d’autre qu’une « fiction juridique ». Réponse du berger à la bergère, Félix Antoine Diome l’Agent judiciaire a défendu le bien fondé de la constitution de l’État du Sénégal dans ce procès. Pour Me Baboucar Cissé, nul ne peut contester leur présence dans ce procès. « Le jugement rendu le 30 mars 2018 a déclaré recevable la constitution de l’État », a-t-il rappelé. Finalement, le juge Demba Kandji a décidé de statuer definivement sur cette question ce vendredi.

Related Articles

Laisser un commentaire

Close