Le Sénégal doit relever plusieurs défis pour atteindre l’émergence en 2035 (officiel)

Le Sénégal doit relever plusieurs défis, dont l’accumulation du capital humain, le relèvement de la productivité, l’amélioration des facteurs de production, la promotion de l’équité et l’égalité de genre, la recherche et l’innovation ainsi que la bonne gouvernance pour gagner le pari de l’émergence en 2035, a déclaré, lundi à Dakar, le secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan (MEFP), Bassirou Samba Niasse.

S’exprimant à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la Concertation sur la deuxième phase du Plan Sénégal Emergent (PSE), M. Niasse a souligné la nécessité de s’orienter vers des secteurs moteurs, porteurs de croissance et d’exportation, d’accroitre les investissements et promouvoir une industrialisation inclusive et durable.


Par ailleurs, Bassirou Samba Niasse a rappelé que la mise en œuvre du PSE sur la période 2014-2018 a permis de faire des « progrès réels et significatifs en terme notamment économique avec un PIB brut réel supérieur à 6% ».

Le secteur privé national, par la voix du directeur exécutif de l’Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal (UNACOIS-YESSAL), Alla Dieng, dit espérer que les « erreurs » commises dans l’attribution des marchés de la phase I du PSE vont être corrigées lors de ces concertation et permettre ainsi aux investisseurs locaux de gagner certains contrats.

Ouvertes ce lundi, ces réunions de partages et d’échanges vont se poursuivre jusqu’au jeudi 26 juillet 2018 avec les différentes catégoriesd’acteurs que sont : le secteur privé, les élus locaux, les Universités et Centres de Recherche et la société civile.

 

Related Articles

Laisser un commentaire

Close